Home » mystères qui nous entourent » le manuel de Voynich déchiffré ?

le manuel de Voynich déchiffré ?

Peut-être que oui, peut-être que non… J’ai découvert le manuel de Voynich voici un mois exactement aussi je ne peux prétendre avoir passé la même quantité de temps que toutes les personnes qui m’ont précédé à son décryptage. Pourtant, au premier abord, je me suis dit, un peu comme tout le monde d’ailleurs: ” ceci est un code qui m’est familier…” et j’ai tout de suite pensé aux gammes de production des machines textiles Jacquard, ainsi qu’à un langage plus contemporain mais un peu tombé en désuétude : le LISP. La suite prouvera que la première intuition était bonne mais la seconde pas terrible.

La première des constatations a été de voir que tous les symboles pouvaient être construits à partir d’un simple bout de fil… aussi je l’ai appelé code-tisserand et j’ai imaginé en premier lieu que les grandes majuscules étaient des allers-retours de navette sur un petit métier à tisser , vu leur fréquence… la suite allait à nouveau me détromper.

La forte sensation qu’il s’agissait d’empilements de petits bouts de couleurs m’a fait croire à de la peinture mais les limites des plantes interagissaient sur le code en donnant des symboles-frontières des deux cotés de la page chose qui peut se produire qu’avec un tissu , de la broderie ou des colliers de perles. J’ai pensé aussi au travail du bois, du métal ou/et même à la décoration de couteaux suisses…

Ensuite,l’idée d’interaction des deux cotés de la page m’a trotté dans la tête , jusqu’à ce que, me penchant sur les blancs du texte plutôt que sur les symboles, je m’aperçus qu’aucun ne chevauchait le dessin en transparence. Je venais de découvrir un grand principe du VM : “les dessins au verso étaient symbolisés au recto”

Fébrillement , je parcourrais les quelques cent premières pages pour vérifier cette hypothèse. Partout cela concordait : là où passait une ligne au verso, un symbole-frontière se trouvait au recto, que ce soit un un blanc, un grand phi, un g , un 9, un delta ou alpha vertical… Ces symboles, forcément graphiques purement, indiquaient clairement une tentative soit d’intégration soit de reproduction totale du dessin.

S’il s’agit de reproduction pure et simple du dessin, alors  une grande partie du code est déchiffré : il s’agit d’un catalogue de numérisation empirique des dessins au verso en vue de fabrication de motifs décoratifs. Et on ne trouvera pas plus de code dedans et on peut considérer le VM comme quasiment totalement déchiffré.

Reste ce qui ne correspond pas aux dessins du verso et qui sert de fond afin que le dessin s’étende de bord à bord. L’aspect visuel fait penser qu’il s’agit de petites feuilles, comme on en voit beaucoup sur les broderies et dentelles de la renaissance.

Alors, complètement défait ou pas, désormais le déchiffrement futur du code VM devra tenir compte de ce fait : il contient beaucoup d’éléments graphiques dictés par le dessin au verso.

S’il y a du texte, ce dont je doute fortement pour le moment, il ne doit pas être dans les symboles lettre-à-lettre mais en dessin sur le fond . Reste aussi à bien déterminer le procédé qui associe bien les symboles au dessin car il me semble qu’il y a un masquage périodique volontaire ou non qui détrame un peu la traduction directe comme le montre mes expériences de déchiffrement par grille-mosaique sur cette photo : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=339456216161408&set=pb.100002910983152.-2207520000.1355286953&type=3&theater

les chaines diagonales régulieres dénoncent un masque faible periodique, il faudra lever ce masque pour voir ce qui compose le fond, parions pour des petits dessins décoratifs une fois de plus.

Au résultat, on se retrouve avec tout un tas de théories dont on vient de prouver la fausseté (toutes les théories qui ne coïncident pas avec cet élément graphique) et beaucoup de codes graphiques qu’on ne sait pas encore très bien traduire… Mais les fausses théories font partie, elles aussi du mythe du VM

Une fois rincé de tous ces élément graphiques, restera-t-il quelque chose d’intelligible dans le VM. Il se peut fortement que rien, la chose étant directement voué, à mon avis, à la fabrication.

Mais l’avenir nous le dira peut-être… en attendant, c’est un peu les fêtes et je travaille à rendre le plus honnêtement possible ce qui est contenu dans les lignes même s’il y a encore beaucoup, beaucoup de possibilités à explorer.

Il est possible que quelqu’un aie déjà fait des découvertes similaires, mais pour l’instant, je n’en ai pas vu l’écho dans ce que j’ai déjà lu. Et les théories actuelles ne semblent nullement tenir compte de ce fait. J’ai aussi pensé à un simple hachage par le dessin, mais l’empreinte des éléments graphiques semble si forte que même coller tous les morceaux ensemble ne fait pas vraiment apparaitre d’indice pour recomposer des mots.

Bien à vous et espérant vous être utile.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s