Quand passe une tige au verso…

Ce n’est là qu’une des innombrables preuves de l’influence du dessin du verso sur le recto dans le VM mais elle permet de s’interroger encore…

kanpass01

 

c’est presque une exception d’ailleurs dans le fait que les quatre “mots” traversés ne soient pas simplement séparé par du blanc et affublés de préfixes tels que “-og cr-” voire “crox” mais le procédé est présent sur plusieurs pages aussi… la question demeurant si le codage est fait par surchiffrage d’un message plus profond ou insertion bête et visuelle de signes décrivant un dispositif…

il est indéniable que là où passe la tige se trouvent quatre signes aux deux membres assez parallèles et semblant de plus en plus élevés… sont-ce des tuteurs en fil de fer pour faire passer des bambous-tuyaux d’arrosage ? des élévations dans les dégradés d’une tapisserie ? des informations sur l’hydrométrie d’une région ou des conduits où couleront soit du métal, soit du verre, de la boue ptêt… ?

Pourquoi juste une partie du dessin et pas tout le dessin est-couvert ? pourquoi cet assemblage ligne à ligne comme dans un tapis, un mur ou des sillons de charrue dans les champs ?… et notoirement un texte.

Est-ce que cela s’additionne encore à d’autres feuillets par transparence ou coupes successives  ou replis ? par certains aspect d’étageage des énergies, je trouve que cela ressemble aussi un peu à un montage électronique d’avant l’électronique (ou qui sait ptêt d’après)… ca semble respecter le fonctionnement de la “plante”. Comme le texte s’arrête aussi sur le dessin du recto, il faut sans doute considérer les deux plantes comme l’assemblage de leur totalité… découpages de terre cuite, pate à modeler ?

Comme toujours, plus d’interrogations que de réponses assurables mais l’idée de plan mécanique ou pictural reste très forte.

Advertisements

A la poursuite de la structure L-3…

L’idée qui trainaille c’est que la première page décrit un objet plus ou moins fractal qui possèderait une sorte de courbure dans la horizontalité L-1, une autre dans la verticalité L-2 et enfin dans la profondeur L-3…

une sorte d’oeuf en quelque sorte ou peut-être un hologramme à l’ancienne, alors que les répétitions entre la page 4 et 5 me mènent à penser qu’il pourrait s’agir de coupes d’un même objet… les deux principes sont-ils conciliables ? certes mais ils n’en sont qu’au stade de suppositions… j’ai malgré tout attaqué le problème en me servant de mon programme-maison pour essayer de faire ressortir quelque image …

vmf01 vmf02

en intensifiant une à une les couleurs correspondantes aux “caractères” (enfin aux choses associées au bidules filiformes sur la page) on obtient un motif dont je vous laisse l’exploitation pour le moment…

et si les onzes premières pages n’étaient que l’horoscope…

ce sera mon poisson d’avril..

..vmzodiac1

 

les signes du bélier et du taureau correspondent assez bien dans la forme… c’est après que ca se gate… le lion et le scorpion représenteraient encora assez bien les animaux en question… la balance a des allures de balance… et le plus troublant, c’est que cela tombe dans l’ordre des pages… pour le gémeaux, il faut admettre la combinaison par transparence…