Taux d’accroche entre le code et le dessin dans le manuel de Voynich

Même si “ma découverte” du 12 Novembre 2012 est une avancée incontestable dans le déchiffrement du VM, il n’en reste que a) fort peu de personnes sont au courant b) beaucoup affichent simplement un scepticisme de facade à des fins de déstabilisation voire destruction (heureusement on voit mal comment ils le pourraient réellement) c) d’autres informations résident dans les pages du VM et l’on n’a pas encore établi la part de l’arbitraire et du reportage, de l’essentiel, de l’utile et de l’annexe…

Certes le code accroche plutôt bien aux dessins mais il peut aussi bien cacher des variations qui recèlent un texte… de plus la méthode et l’application sont peu claires : s’agit-il d’un support pour transmettre des informations sous forme d’enseignement à des générations futures ou des élucubrations fumeuses de sorts élaborés par un(e) sorcier(ère) alors pourchassé(e)s à l’époque ?

Que le dessin première page s’approche du laurier fait certes incontestablement penser à l’enseignement greco-romain des arts de la médecine et de l’herboristerie.

Mais alors pourquoi donc cette utilisation spéciale des blancs et de ‘o’ autour des lignes du dessin ?

S’agissait-il d’un jeu où un maître dictait les signes du problème avant de donner la solution au dos de la page ?

Ou bien ce code n’a jamais été phonétisé et alimentait d’anciens métiers à tisser ou une mécanique gestuelle quelconque d’artisan ?

Le rapprochement avec la cour de Castille d’Alphonse le sage me parait évident (page 75v) mais pourquoi n’avoir représenté que des femmes tout en conservant l’opposition musulmans-chrétiens… Manifestement l’auteur de cette page avait du moins effleuré le courant d’art s’y rapportant et les capacités de voyage n’étant pas si énormes, on peut supposer qu’il séjournait dans une région pas si éloignée que cela… représenter les notables de l’époque en femmes était-il un moyen de les caricaturer, dans ce cas-là, nous aurions ptêt affaire au Charlie Hebdo de l’époque…

Toutes questions dont l’Avenir nous livrera ptêt quelques réponses…

Advertisements